Xavier Mathieu (secrétaire général de la CGT Continental clairoix) ; répression sept 2009 contre contestation sociale

Le cas de ce secrétaire syndicaliste est caractéristique de la répression actuelle contre les petits et les défenseurs des petits. Par contre les actionnaires de continental attaqués par l’état comme patron voyou sorte sans problème.
La violence des firmes est moins visible que la violance classique comme saccager une sous-préfecture.
Cette violence comme ce saccage est terrible mais que faire quand il ne reste plus aucun recours aux petits et qu’il ne reste que accepter la misère et l’injustice, voir le suicide des personnes fragiles qui ne supportent plus la violence des sociétés comme « continental »?

Il a été condamné à 5mois de prison avec sursis (dès 3mois, ca reste dans le casier) en cette période de répression qui permet à un état de glisser peu à peu vers l’acceptation des comportements d’extrême-droite que nous avons connu dans les années 1930!
Accepter des petits choses peu à peu , c’est en accepter bientôt des choses terribles.

voir The Serpent’s Egg d’Ingmar Bergman
http://www.critikat.com/L-Oeuf-du-serpent.html

Pour savoir le pourquoi de l’intervention à la sous-préfecture par certains et la violence de cette firme continentale, voir:

Lundi 17 août, Xavier Mathieu (secrétaire général de la CGT Continental clairoix) a
déclaré sur France Info : « La CGT, on les a pas vus. Les Thibault et compagnie, c’est juste bon
qu’à frayer avec le gouvernement, à calmer les bases. Ils servent juste qu’à ça, toute cette
racaille ». Cette déclaration est le reflet de la colère de nombreux militants ouvriers qui se
battent, depuis plusieurs mois, avec détermination contre les licenciements sans aucun soutien
des centrales syndicales.

http://www.courrier-picard.fr/courrier/Actualites/Info-regionale/Les-Conti-condamnes-Xavier-Mathieu-pret-a-faire-appel

Faire appel ou pas ? Officiellement, les six Conti, condamnés à des peines de deux à cinq mois de prison avec sursis, pour le saccage de la sous-préfecture en avril dernier, trancheront « en début de semaine prochaine ». Mais le délégué syndical CGT Xavier Mathieu ne le cache pas.

Son « avis personnel, c’est de faire appel ». L’élu CGT Didier Bernard résume le dilemme. « Si on ne fait pas appel, on reconnaît être implicitement des casseurs. Or, nous n’en sommes pas. Mais si nous décidons de faire appel, il faudra se mobiliser autant qu’au cours des six derniers mois. »

La CGT et le comité de lutte des Conti ont désormais un objectif : faire des six salariés condamnés le symbole d’une classe ouvrière « qui en prend plein la gueule » et l’utiliser pour fédérer un mouvement anti-gouvernemental. « Nous avons signé un accord de fin de conflit avec Continental et l’État. Il est le seul à ne pas avoir retiré sa plainte et il veut nous faire croire aujourd’hui que cette condamnation n’est pas une décision politique ! »
Test de mobilisation lundi

Le délégué syndical CGT, Xavier Mathieu, qui dément régulièrement avec la dernière vigueur être dans la main de l’extrême gauche, a pourtant ouvertement joué sur la corde de l’internationale ouvrière, grand classique de l’extrême gauche, hier, au cours d’une AG qui a réuni quelque 400 personnes. « Tous les ouvriers de France nous regardent, a lancé le leader. Est-ce que vous avez envie de dire : les Conti, ce sont ceux qui ont laissé tomber leurs copains dans la merde ? »

Xavier Mathieu va plus loin. Il lance un appel à « toutes nos confédérations syndicales qui nous ont abandonnés depuis le début » afin qu’elles appellent à une grève nationale le 17 septembre. Hier, il a même invité Roland Szpirko (Lutte ouvrière) à prendre la parole pour désigner la cible : l’État. « Roland a toujours dit qu’il ne voulait pas parler dans les AG mais aujourd’hui, c’est pas des AG pour le conflit Conti ; c’est pour la classe ouvrière. »

Les 1 120 salariés du site de Clairoix seront-ils au rendez-vous de cet objectif qui dépasse largement leur situation personnelle ? Réponse lundi, au cours de « la grosse » assemblée générale qui servira de test au comité de lutte. « Il va falloir évaluer nos forces, résume Xavier Mathieu. Avec ça, on saura si on continue la bagarre ou pas ».

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :