crise et répression université saint-etienne

Un cordon de policiers pour prévenir d'éventuels incidents lors de l'accès des étudiants dans les locaux / Jean-Louis Dubois


Hier, ne pouvaient rentrer sur le site Tréfilerie à Saint-Etienne que les étudiants qui avaient cours. Le personnel administratif filtrait, les policiers veillaient à la sécurité.

Cela fait vingt ans que j’enseigne ici, et c’est la première fois que j’y vois des policiers. » Devant l’accès principal au site Tréfilerie, rue du 11-Novembre, cet enseignant ne cachait pas sa colère de voir, pour la seconde journée consécutive, des policiers en faction devant les portes de la faculté. Il n’est pas le seul. Pour Vanessa Perrocheau, maître de conférences en droit, pas question aujourd’hui d’assurer son cours de procédure pénale avec les CRS à la porte de l’amphi. Cécile Dupas, enseignante d’anglais, refuse aussi de faire cours « sous protection policière ». « J’ai soutenu le mouvement étudiant, j’ai fait grève et j’ai repris les cours il y a trois semaines, mais la présence policière est inadmissible. Cela ne fait que radicaliser la situation. » Mêmes arguments pour Hélène Cheynet, enseignant-chercheur en anglais. Elle ajoute que si on en est arrivé à cette situation – entre bloqueurs et non-bloqueurs, et expulsion, par les forces de l’ordre, d’une soixantaine d’étudiants favorables au blocage – c’est parce que l’on n’a pas respecté la décision de blocage décidée par l’AG de mardi. Les événements de mercredi étaient encore bien présents dans les esprits. Hier la tension n’était pas retombée sur le site Tréfilerie. Très tôt, seize étudiants favorables au blocage avaient à nouveau pénétré dans les locaux. Le président de l’Université a demandé leur évacuation par les forces de l’ordre, et a décidé de ne laisser entrer sur le site que les étudiants qui avaient réellement cours. Un filtrage a donc été mis en place, sous surveillance policière. Peu avant huit heures, les étudiants pro-blocage ont tenté en vain d’empêcher les étudiants d’accéder en cours. Ce filtrage a fait beaucoup parler aux abords du site Tréfilerie..

C. C.

L’université fermée jusqu’à lundi

La présidence de l’Université de Saint-Etienne a annoncé hier soir la fermeture administrative du principal campus de la ville, d’où des étudiants «perturbateurs» avaient été évacués à deux reprises par les CRS, hier et avant-hier. La réouverture du campus Tréfilerie aura lieu le 18 mai, jour où sera organisée une consultation sous forme de vote des 7.000 étudiants qui y sont rattachés, «pour que se dégage une opinion majoritaire sur la suite de l’année universitaire», a déclaré Jean-Luc Foury, directeur de la communication de l’Université Jean-Monnet

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :